datacenters

Les data centers sollicités dans un Smart Nation hyper connecté

Les économies prospères et florissantes sont souvent le résultat de chance et de prévoyance. Certaines régions prospèrent parce qu’elles sont riches en ressources naturelles tandis que d’autres optimisent le fait de se trouver sur des axes commerciaux.

Singapour n’est pas riche en ressources naturelles mais le pays se trouve à un certain carrefour – la jonction des routes maritimes de l’Asie du sud-est. Depuis des décennies, Singapour a investi dans l’amélioration des structures portuaires afin d’optimiser sa situation géographique. C’est un exemple de prévoyance et de volonté d’agir en fonction.

Singapore-Skyline-by-Night

Actuellement, le gouvernement de Singapour est en plein milieu d’un autre exercice où il fait faire preuve de prévoyance – il a préparé un projet pour transformer Singapour en « Smart Nation », comprendre pays intelligent, où les secteurs tels que l’info-communication et les média – appelés « ICM » – peuvent prospérer grâce à une hyper connectivité et une meilleure utilisation du big data, les méga données glanées en partie de l’Internet des Objets (IdO). Il est dit du projet, que vous pouvez lire ici, qu’il inclut des investissements dans les meilleures infrastructures IdO telles que  des « boîtiers (A-G) » visibles afin que des données en temps réels sur les conditions par exemple, la circulation peuvent être communiquées et analysées afin d’en tirer des avantages pour le public.

Ce n’est pas comme si Singapour tentait d’évoluer en partant de zéro en terme de connectivité digitale. Le pays a déjà un haut taux de connectivité large bande et a une côte élevé pour le e-gouvernement mais maintenant avec l’initiative Smart Nation, Singapour prévoit d’augmenter sa base de connectivité et de big data d’un cran. C’est encore un cas de prévoyance de se rendre compte que pour continuer à prospérer, Singapour a besoin d’investir dans l’infrastructure digitale. Aujourd’hui, plutôt que des quais, les besoins en « infrastructure » tournent autour de l’hyper connectivité, le partage libre de contenus et de Big Data et de l’infrastructure IdO.

Au niveau des « applis » ou applications, il y a toute une série d’avantages imaginés sous Smart Nation, de l’appli qui utilise les données sur la consommation énergétique ou la circulation jusqu’ à la génération florissante de propriété intellectuelle et un meilleur accès aux services de santé.

S’il est encore trop tôt pour savoir combien d’utilisations envisagées verront le jour sous Smart Nation, nous savons par le passé que lorsqu’il y a des grands sauts technologiques  (par exemple, l’Internet, la bande large mobile, les appareils tels que les iPhones), les innovations suivent rapidement au niveau des applis. Ceci ajoutera de nouvelles sollicitations massives sur les data centers.

Le fait est que sous le concept “Port Digital” du projet Smart Nation, la fourniture souple et durable de la capacité des data centers est considérée comme l’un des trois pilliers du port. Lors d’une présentation récente à un forum à Singapour,  j’ai noté ces demandes approchantes et j’ai indiqué la réponse nécessaire.

Aujourd’hui plus qu’avant, les data centers ont besoin de changer. Ils doivent devenir plus agile, plus souple, évolutif, et éco-énergétique, et non seulement les nouveaux data centers mis en service mais aussi la capacité existante qui peut être mise à niveau et améliorée.

En réponse à Smart Nation et les initiatives aussi ambitieuses ailleurs, les sociétés exploitantes des data centers doivent être prévoyantes. Un bon point de départ est l’évaluation des besoins et la réflexion sur la manière de mise à niveau et d’amélioration de la capacité actuelle. Chez Schneider Electrique, nous considérons ce genre d’évaluation comme rentrant au mieux dans une approche de cycle de vie des services des data centers. Pour cela il faut un planning, de la veille, et une  réévaluation pour maintenir une approche cycle de vie sur les rails comme toute bonne méthodologie pour une amélioration constante.

La generation de big data ira en croissant surtout dans des endroits comme Singapour où il y aura le partage libre des données des sources IdO. Toutefois, le IdO est une tendance globale : il est attendu qu’elle atteigne 26 milliards d’unités connectées en 2020 et qu’elle créera une croissance explosive de données dans le monde entier entrainant des sollicitations massives des data centers.

Les exploitants de data centers devront faire des prévisions et être agile et flexible dans la manière dont ils gèrent la protection et le refroidissement de l’alimentation afin de rester efficaces lorsque les charges IT oscilleront de haut en bas en raison du moulinage de big data. Schneider Electrique pense qu’une des meilleures manières de faire ceci est d’utiliser l’analyse prévisionnelle des données générées dans les data centers pour affiner leurs opérations. Considérez-la comme la science des données pour les data centers.

Il est certain que l’idée de pouvoir fléchir le niveau d’infrastructure physique des data centers (IPDC) assez rapidement pour gérer les genres de demandes qui arriverons sous Smart Nation est intimidante mais c’est pour cette raison que de nouvelles méthodes tel la science des données est nécessaire. C’est un peu comme la vieille expression qui dit qu’ « il faut soigner le mal par le mal» dans le sens où le big data sollicitera massivement les data centers mais en analysant le big data généré dans les data centers, ils pourront être assez souple pour gérer la demande. Sachant que l’application de cette science des données sera difficile à réussir pour la plupart des exploitants, Schneider Electrique peut réaliser cette application de science des données en prestation.

En résumé, les data centers doivent être prêts pour le phénomène de Smart Nation. L’approche cycle de vie de l’amélioration de la gestion des data centers, et l’application de la science des données augmenteront la souplesse et l’efficacité du niveau IPDC. Ceci demandera de la prévoyance et de la préparation mais cela rapportera lorsque les nouvelles demandes stimulées par les investissements Smart Nation commenceront vraiment à impacter les data centers à Singapour et en Asie.

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas publié)