Le meilleur de l’actualité Bâtiment – Février 2017

À l’aube de cette année 2017, la réglementation thermique à venir en 2020 est au cœur des débats dans la filière. Autres sujets de février : les réseaux intelligents et leur capacité à intégrer les énergies renouvelables et la mobilité électrique, l’internet des objets connectés ainsi que les data centers au service de l’énergie. Bonne lecture !

RT2020

Philippe Pelletier, président du Plan Bâtiment Durable, s’est exprimé au sujet de la RT2020 lors d’EnerJmeeting le 23 février : « Il y a eu des réglementations thermiques, mais la réglementation qui se prépare est d’une autre nature : nous entrons dans l’ère de la réglementation environnementale. » La suite des débats ici.

Construction21 invite la filière à rejoindre la communauté Label Energie Carbone E+C-, qui préfigure la prochaine régulation thermique.

Réseaux intelligents

Les réseaux intelligents capables de fournir des données et de les traiter sont au cœur de l’enjeu de l’intégration des énergies renouvelables dans les réseaux.

Véhicules électriques : menaces ou opportunités pour le réseau électrique ? Un éclairage dans le Zoom Eco du comité des constructeurs français d’automobiles.

IOT

Le 15 mars à 9h30, Agrion donne rendez-vous à Paris pour analyser les enjeux du développement des algorithmes d’intelligence artificielle au service du secteur de l’énergie.

Le développement des data centers soulève un certain nombre de questions. Comment fonctionnent-ils exactement ? Comment les sécuriser ? Comment évoluent-ils ? Quelques éléments de réponse dans le dossier « Les Clés de demain », avec notamment le point de vue de Damien Giroud, Directeur Data Center de Schneider Electric France.

Transition énergétique

Le Conseil général de l’économie (CGE) convie les professionnels à participer au colloque qu’il organise le 2 mars sur les opportunités industrielles de la transition énergétique.

Les professionnels du bâtiment seront particulièrement mobilisés en 2017 et 2018 sur les chantiers liés à la transition énergétique, selon l’analyse du cabinet Xerfi.

Un document qui rassemble les principales statistiques du domaine énergétique a été diffusé par le ministère de l’environnement, de l’énergie et de la mer.

Un article détaille le programme GreenOValley de Schneider Electric qui déploiera 43 000 m² dont 26 672 m² sur un bâtiment vitrine à énergie positive.

Et sur les médias Schneider Electric ?

Le baromètre Planète & Société atteint 8,48/10 (pdf) à fin 2016, une progression exceptionnelle de plus de 2 points en un an.

Les équipes Schneider Electric se déplacent et viennent auprès des professionnels de la filière pour les former (vidéo).

EcoReach : la configuration sans surprise des tableaux communicants

ecoreachLe monde du bâtiment se transforme : de plus en plus d’informations circulent depuis les tableaux électriques vers la supervision du site, dans un objectif de suivi des consommations énergétiques (RT 2012, ISO 50001, etc.), de performance, de qualité du réseau, ou pour s’assurer du bon fonctionnement des équipements. Mais l’intégration des tableaux communicants dans un bâtiment implique de nouvelles responsabilités pour les différents acteurs d’un projet. Avec le logiciel EcoReach, vous bénéficiez d’un véritable « tout-en-un » de la configuration et du paramétrage de votre architecture de communication. Plus simple, plus rapide, plus efficace.

« Avant, les limites de responsabilité entre les acteurs d’un projet étaient faciles. Le tableautier livrait le tableau électrique sur site puis l’installateur venait raccorder les câbles de puissance. Aujourd’hui ces limites deviennent floues car elles sont désormais virtuelles liées aux échanges d’informations, constate Thomas Peregrin, Gérant d’offre Smart Panels. De ce fait, rares sont les projets aujourd’hui qui se déroulent sans surprise sur site, même si chaque intervenant a parfaitement bien exécuté sa tâche : montage, cablâge, raccordement, mise en service, programmation, maintenance, exploitation… Lorsqu’une installation électrique ne fonctionne pas à la mise en service, à qui incombe l’erreur ? Au bureau d’étude qui a édicté le cahier des charges ? Au tableautier, qui a réalisé les tableaux électriques ? À l’installateur, qui a tout mis en place dans les règles de l’art ? À l’intégrateur systèmes qui effectue les paramétrages et les tests de la supervision ? Au responsable maintenance qui assure l’entretien ? Voire au client final qui réalise l’exploitation ?…  »

EcoReach aide à gérer chaque étape de l’installation électrique

Pour fluidifier les étapes successives de l’installation et dénouer les responsabilités de chacun, Schneider Electric propose un nouveau logiciel : EcoReach, qui apporte un service à chaque intervenant. « Au tableautier, qui doit livrer un tableau prêt à mettre en service, EcoReach offre une véritable tranquillité d’esprit, affirme Thomas Peregrin. Le logiciel lui permet de vérifier le bon fonctionnement de la partie communication en quelques clics. Capable de détecter les produits communicants,  il permet de fournir un rapport de test de communication du tableau, que le tableautier peut transmettre à l’installateur en même temps que le tableau électrique à la livraison. »

Tranquillité d’esprit, gain de temps et continuité de service

Avec ce rapport, finies les mauvaises surprises sur site : l’intégrateur de système connait les dispositifs communicants du tableau électrique et sait exactement à quelles adresses ils sont configurés. « L’intégrateur dispose ainsi des rapports des metteurs en œuvre, avant même d’aller sur le chantier, pour préparer sereinement son intervention, souligne Thomas Peregrin. Il peut réaliser la programmation sur le tableau au dernier moment, en suivant le plan d’adressage IP, et réaliser déjà des tableaux de bord en fonction des équipements en place. » Il gagne ainsi énormément de temps sur la mise en service de l’installation. Mieux ! L’installateur peut en plus réaliser tous les réglages électrotechniques grâce à EcoReach et imprimer un rapport de tests détaillé des protections qu’il laissera avec le dossier final pour l’exploitant.

Suivre l’installation sur la durée et continuité de service

Enfin, pour le responsable maintenance, EcoReach permet de garantir le bon fonctionnement de l’installation électrique dans le temps. Le mainteneur peut également vérifier les réglages, mettre à niveau les firmwares (micro-logiciels embarqués dans les produits communicants) pour bénéficier des nouveautés, consulter des diagnostics, voire corriger directement les possibles dysfonctionnements et suivre les modifications d’installation.

« Véritablement, EcoReach est le logiciel à tout faire de l’installation électrique, confirme Thomas Peregrin. En avant-première, je vous annonce qu’il sera indispensable à la prochaine génération de disjoncteurs basse tension MasterPact MTZ, que Schneider Electric lance en 2017. Déjà EcoReach est utilisé dans le cadre du grand projet de réhabilitation des espaces de travail de l’Arche de la Défense à Paris ce qui a permis de tester plusieurs centaines d’équipements en quelques clics. L’installateur présent sur site lors des essais a été convaincu de la valeur d’une telle boîte à outil.»

Découvrez Ecoreach sur notre site

 

MTZ épisode 2 : Masterpact les capacités numériques

Dans notre dernier article, nous avions dévoilé trois premiers atouts majeurs du Masterpact MTZ, qui est commercialisé en 2017 : précision de la mesure intégrée, pérennité de la certification liée à la mise en œuvre des disjoncteurs et personnalisation de la protection et des fonctionnalités. Découvrez quatre nouvelles bonnes raisons qui confirment qu’il est réellement intéressant d’opter pour le Masterpact MTZ !
Le saviez-vous ? Chaque année, 8 000 nouveaux Masterpact sont installés en France. La prochaine génération de disjoncteurs de puissance basse tension MTZ aura-t-elle le même succès ?

Masterpact MTZ

Comme ses prédécesseurs, cette nouvelle gamme allie performance et fiabilité, mais en plus elle présente d’autres atouts, que nous avons déjà évoqués dans un précédent article.

Atouts 1, 2, 3 – Une centrale de mesure Classe 1 intégrée, la validité de la certification 61439 obtenue pour les précédents Masterpact, la personnalisation du MTZ (Cf. MTZ épisode 1 : Masterpact le retour).

Elle compte également de nouvelles capacités numériques, qui lui confèrent une batterie d’avantages :

Atout 4 – La grande nouveauté du Masterpact MTZ est la capacité du disjoncteur à communiquer avec son smartphone. Facilement, l’utilisateur a accès sur son téléphone aux informations de mesure (courant, tension, énergie, puissance…) ou d’état du disjoncteur, via un autodiagnostic des différentes fonctions et d’usure du disjoncteur. Il peut également recevoir des alertes en cas de dysfonctionnements ou de court-circuit, afin de remettre en marche l’installation rapidement.

Atout 5 – Grâce à l’utilisation du smartphone, le metteur en œuvre et le responsable de maintenance n’ont plus à intervenir directement sur le disjoncteur, qui reste – on ne le répètera jamais assez – un appareil délicat à manipuler. Pour eux, c’est la sécurité assurée. Il est en effet possible d’enclencher et de déclencher le Masterpact MTZ en se plaçant à une dizaine de mètres. Ajoutons qu’il n’y a aucun risque de déclenchement intempestif ou malintentionné, même si l’on utilise un smartphone : le Masterpact est protégé par un code de sécurité.

Atout 6 – Le mode de communication utilisé par le Masterpact MTZ est le même que tous les autres appareils modulaires de Schneider Electric. ModBus ou Ethernet, disjoncteurs de puissance et petits disjoncteurs divisionnaires : tous les appareils parlent le même langage et communiquent aisément entre eux pour améliorer la performance de l’installation électrique.

Atout 7 –  Masterpact MTZ enregistre et analyse en continu tous les événements. Mieux : à chaque déclenchement, les mesures sont toutes sauvegardées dans la mémoire du Masterpact et sont bien entendu visibles sur le smartphone de l’utilisateur. Il est ainsi possible de visualiser ce qui s’est passé du point de vue électrique, pour mieux comprendre l’incident et ainsi résoudre la panne plus facilement et plus rapidement.

Pour en savoir plus :

 

Découvrez Masterpact MTZ

 

Un paysage urbain plus intelligent en innovant à tous les niveaux

Rédigé par : Jean-Pascal Tricoire : président directeur général, Schneider Electric

Vous avez sans doute beaucoup entendu parler de la stratégie de Schneider Electric d’innovation à tous les niveaux, rendue possible grâce à EcoStruxure™. Pour un bâtiment, qu’est-ce que cela signifie ?

Gestion du batiment

Tout d’abord, nous innovons pour la sécurité et l’efficacité de nos produits connectés.  L’Internet des objets (IoT) doit commencer par ce qui se fait de mieux. Les produits connectés améliorent la gestion de l’énergie, et par là même la fiabilité et la sécurité des bâtiments. Nos disjoncteurs connectés Masterpact MTZ permettent par exemple aux responsables de bâtiments d’être connectés à distance, grâce des notifications sur leur smartphone et localement, grâce à une application leur fournissant des diagnostics sans fil sécurisés. Cette connectivité embarquée renforce leur capacité d’action. Elle leur permet une analyse rapide des causes déterminant le déclenchement des disjoncteurs et intégrer ainsi facilement des modules numériques sur le disjoncteur pour le reconfigurer sans interruption de service. Nos systèmes Smart Panel permettent ensuite d’optimiser les dépenses d’énergie et de maintenance en rendant visible la consommation d’énergie. On gère mieux ce que l’on voit.

Partant de là, les fonctionnalités d’automatisation et de contrôle de Schneider Electric grâce à des systèmes de pointe pour la gestion du bâtiment fournissent des données adaptées aux besoins de chaque partie prenante, du facility manager jusqu’à la direction générale. Ce hub brise les silos et fait la jonction entre toutes les applications pour davantage de contrôle des installations, y compris celles situées à la pointe du réseau. Responsables techniques et direction de site accèdent ainsi rapidement à des informations agrégées et pertinentes, leur permettant de prendre des décisions appropriées pour atteindre leurs objectifs énergétiques et leurs priorités business.

Transformer les données en actions

Aucun système n’est laissé de côté. Nos systèmes de gestion du bâtiment peuvent être connectés aux installations d’éclairage, de CVC, de contrôle d’accès, de gestion des espaces et des stores, aux ordinateurs ainsi qu’à toutes sortes de capteurs et de dispositifs de détection. Il en résulte des données, énormément de données.

Ce qui nous conduit à innover dans le domaine des applications, des outils d’analyse et des services. La Tour Majunga (pdf) au cœur du quartier de La Défense, par exemple, est la deuxième plus haute tour de Paris et redéfinit le concept de l’immeuble de bureaux. Le système de gestion intelligente du bâtiment fourni par Schneider Electric recueille et analyse des données provenant de capteurs positionnés dans des endroits stratégiques, ce qui lui permet de régler automatiquement la température, l’éclairage et les stores aux conditions du moment (p. ex. le taux d’occupation ou l’orientation des rayons du soleil). Le système permet également aux occupants d’ajuster les réglages directement depuis leurs smartphones.

Notre expertise dans les logiciels de gestion de l’énergie nous permet d’examiner et d’analyser ces données et de transformer l’ensemble de cette information brute provenant de milliers de sources disparates en une information utile pour améliorer l’efficacité opérationnelle et réaliser des économies financières. Voici le réel bénéfice que l’on peut tirer des données.

À la pointe des bâtiments intelligents

En tant qu’entreprise leader dans le domaine des outils d’analyse du bâtiment, nous avons apporté notre expertise au bâtiment le plus durable au monde, l’immeuble « The Edge » de Deloitte à Amsterdam. Il a ainsi obtenu le plus haut score jamais attribué par le Building Research Establishment (BRE®), à savoir 98,36 %, auquel est venue s’ajouter une certification BREEAM®NL New Construction qualifiant cet immeuble « d’exceptionnel ». Dès son hall d’entrée, The Edge partage en temps réel avec ses occupants et ses visiteurs des données sur la consommation et l’efficacité énergétique du bâtiment grâce à tableau de bord vidéo. Dans le même temps, les facility managers maintiennent un confort optimal pour les occupants, grâce à des fonctionnalités de contrôle et de surveillance sur site et à distance.

Lorsque les recommandations issues d’analyses sont mises en œuvre, les résultats sont évidents : amélioration des performances du bâtiment, optimisation de l’efficacité énergétique via une surveillance continue, et réduction des coûts opérationnels. Tout cela s’accompagne pour le bâtiment d’un important retour sur investissement et d’un environnement de meilleure qualité. Enfin, grâce à des systèmes exploitant l’énergie solaire testés, validés et optimisés, les bâtiments deviennent plus durables.

Un paysage urbain plus intelligent

Lorsque vous observerez le paysage urbain qui vous entoure ce soir, dites-vous ceci : de plus en plus de bâtiments intelligents sont en train de changer la face même de l’urbanisation. Les villes intelligentes sont notre avenir. C’est une formidable opportunité, en innovant à tous les niveaux, de co-créer un avenir plus efficace et plus durable.

 

L’hôpital du futur, acteur-clé de la transition énergétique

Numérique, intelligent et intégré dans la smart city, l’hôpital du futur a un rôle important à jouer dans la transition énergétique. Fabrice Broutin, Directeur du secteur Santé pour Schneider Electric, décrit des solutions destinées à accompagner cette évolution.

Hôpital connectéL’hôpital du futur, moteur de la transition énergétique ? Expliquez-nous.

Fabrice Broutin – En 2050, les villes rassembleront 75 % de la population. Le dilemme énergétique devra donc forcément se résoudre en agglomération. Dans une trentaine d’années, la demande énergétique aura doublé, alors que nous devrons diviser par deux les émissions de CO2, pour limiter le changement climatique. C’est au cœur des villes que certains acteurs auront un rôle à jouer dans la transition énergétique. L’h ôpital du futur en fait partie et nous pouvons l’aider dans son rôle.

Comment les hôpitaux vont participer à cette évolution ?

FB – Pour que l’hôpital soit acteur de cette transition énergétique, il faut qu’il soit capable non seulement de consommer moins, mais également de consommer mieux. C’est-à-dire consommer quand l’énergie est disponible et bon marché. C’est dans ce sens que les outils proposés par Schneider Electric permettent aux hôpitaux de piloter automatiquement leur flexibilité.

De quelle manière Schneider Electric peut-il accompagner un nouvel hôpital ?

FB – L’objectif de Schneider Electric est de faciliter la tâche des gestionnaires énergétiques en mettant à la disposition des établissements de santé une plateforme logicielle capable de prédire et d’optimiser sa flexibilité énergétique. Cette plateforme prend en compte les contraintes de l’hôpital et d’autres paramètres, comme les conditions météorologiques ou les variations du tarif de l’électricité. Le nouvel hôpital pourra ainsi mieux produire son électricité renouvelable et mieux consommer son énergie, bénéficiant d’une gestion active de la demande. L’établissement aura également la possibilité de stocker l’énergie qu’il produira et qu’il économisera, grâce à des solutions de stockage innovantes. L’hôpital du futur pourra ainsi diminuer automatiquement sa consommation électrique en cas de pointe, et se servir de l’énergie stockée pour fonctionner sans interruption. Les exploitants des hôpitaux gèreront leur énergie avec plus de sérénité, conservant un œil en permanence sur leurs ressources énergétiques. Non seulement ils feront des économies et réduiront leur empreinte carbone, mais en plus ils amélioreront le confort de leurs patients et des soignants. Ils utiliseront plus facilement des énergies vertes. L’établissement pourra même être rémunéré, en participant aux mécanismes de marché de l’énergie pour équilibrer les ressources du réseau. De cette manière, l’hôpital du futur contribuera efficacement à la transition énergétique.

Pour en savoir plus :

 

Découvrez nos solutions santé

 

 

Le meilleur de l’actualité du bâtiment – janvier 2017

La digitalisation de l’énergie prend de l’ampleur, comme l’attestent les nombreux lancements d’objets connectés sur le marché et la tenue de conférences et de rencontres sur la thématique. Vous le découvrirez en lisant notre toute dernière synthèse des informations sur l’énergie et le bâtiment.

Revue du web

 

Énergies renouvelables

  • Selon l’étude de l’ADEME sur les variations des coûts de production de chaleur et d’électricité renouvelables en France, les progrès technologiques et l’industrialisation des énergies renouvelables ont permis une baisse des coûts qui amènent les filières les plus matures à des niveaux compétitifs avec les technologies conventionnelles. > Document Pdf.
  • Le salon Be Positive se déroule à Lyon du 8 au 10 mars 2017. Au programme, les énergies renouvelables, le Smart grid, le décentralisation de l’énergie, l’autoconsommation, le stockage… et bien d’autres sujets.
  • L’ADEME lance une nouvelle Initiative PME pour accompagner et renforcer la capacité d’innovation des PME sur les thématiques Energies renouvelables, Stockage et Réseaux électriques intelligents. L’Initiative se clôture le 20 février 2017.

Smart building et smart city

Perspectives

Et sur les médias Schneider Electric ?

Silver Economie : une sentinelle pour les personnes âgées

Dans le domaine des technologies pour l’autonomie et de la gestion du risque pour les personnes âgées, VigiManager séduit le personnel soignant et les aidants.

Au Congrès de la FEHAP (Fédération des établissements hospitaliers et d’aide à la personne) qui s’est déroulé récemment à Paris, Tania Jean, Directrice d’un Service de Soins Infirmiers à Domicile (SSIAD) à Gap, décrit les atouts de ce logiciel destiné aux maisons de retraite, aux résidences seniors et au maintien à domicile des personnes âgées. Véritable sentinelle développée par Schneider Electric, VigiManager alerte le personnel soignant et les aidants sur les ordinateurs, tablettes ou smartphones, en cas de comportement à risque de la personne âgée. VigiManager assure également un suivi sur la durée, dans un objectif de prévention.

Ecoutez les explications de Tania Jean en visionnant cette vidéo :

 

Les raisons pour lesquelles le secteur de l’électricité a un avenir très prometteur

Rédigé par :
Francesco Starace : président directeur général, Enel Group
Jean-Pascal Tricoire : président directeur général, Schneider Electric

Si on regarde le monde qui nous entoure, on réalise que cette décennie a connu des transformations rapides grâce aux innovations liées au numérique. Le smartphone.  Les médias sociaux dédiés aux consommateurs. La production intelligente. La connectivité omniprésente. Et, bientôt partout des voitures sans chauffeur à plus grande échelle. La révolution numérique impacte tous les secteurs.

Le secteur électrique également connaît actuellement une période de transformations rapides et qui vont changer notre vie quotidienne. Comme dans nombre des secteurs en transformation, les consommateurs sont au cœur des disruptions numériques en cours : engagement du consommateur, consommation personnalisée à la demande, le tout dans une infrastructure décentralisée. Dans ce nouveau monde de l’énergie en pleine mutation, nous devons nous assurer que le futur de l’électricité est sur la bonne voie. À défaut, les répercussions pourraient être importantes pour notre planète.

La demande mondiale d’énergie doit augmenter de 30 % d’ici à 2040. Dans le même temps, près de 2 milliards de personnes n’ont toujours pas accès à une énergie fiable. Il est temps de combler ce fossé en équilibrant la demande énergétique tout en offrant un meilleur accès au niveau mondial. Ces objectifs exigent que le changement soit porté par une énergie propre. Ensemble, nous pouvons y parvenir. Les technologies de pointe pour le réseau électrique nous y aideront.

Comment y contribuer

L’innovation nous accompagne. La quatrième Révolution industrielle, qui, selon le Forum Economique Mondial, « se fonde sur la révolution numérique pour associer de nombreuses technologies nous menant vers des changements de modèle sans précédent, aux niveaux économique, commercial, sociétal et individuel », bat son plein. La transformation du secteur de l’électricité offre des opportunités exceptionnelles pour l’industrie, les clients et la société.

Trois tendances génèrent des évolutions qui changent la donne :

  • La conversion technologique rapide à l’électricité de certains usages énergétiques, notamment le chauffage et les voitures électriques ;
  • La transition d’une production d’énergie centralisée à une production d’électricité décentralisée, autrement dit, la génération, le stockage et la distribution de l’électricité au plus près de l’endroit où elle est utilisée grâce au solaire, à l’éolien et aux autres énergies renouvelables et technologies de stockage
  • Des compteurs intelligents et une infrastructure de réseau numérique permettant aux consommateurs et aux producteurs de « visualiser » (et donc, de mieux contrôler) l’endroit, le moment, et la manière dont l’électricité est utilisée, pour une gestion plus efficace de la consommation et des coûts

Associées, ces mesures nous conduiront plus loin

Le plus enthousiasmant est que ces trois tendances créent un cercle vertueux : exécution, amplification et renforcement des innovations au-delà de ce que chaque tendance prise individuellement pourrait réaliser. La deuxième tendance, par exemple, permet l’essor des énergies renouvelables. Combinée aux compteurs intelligents, elle offre une opportunité réellement exceptionnelle d’améliorer l’efficacité énergique.

Pour les consommateurs, cela signifie davantage de choix. Les technologies d’aujourd’hui font jouer aux consommateurs un rôle actif au sein d’un système électrique dynamique et développent des sources d’électricité plus propres. Du résidentiel au bâtiment commercial jusqu’à l’industrie, on trouve dans tous les secteurs des clients prêts à s’engager et à jouer un rôle actif dans la définition des nouvelles règles pour produire et consommer une énergie propre tout au long de la chaîne.

Actuellement, la plupart d’entre nous ne sait pas où et comment l’énergie est produite, pas plus que nous ne savons quand la consommer. Dans le secteur résidentiel, la plupart des consommateurs n’ont même pas conscience que le prix de l’électricité évolue au quotidien, et même d’heure en heure, en fonction des pics de consommation et d’autres facteurs. Grâce aux dispositifs connectés permettant de visualiser les coûts et la consommation de l’énergie, nous pouvons désormais être proactifs dans notre consommation et notre efficacité énergétiques.

Les temps changent

Examinons de plus près les trois tendances mentionnées précédemment. Ensemble, elles permettent de réaliser des économies de coûts et de choisir une énergie propre. Un système électrique entièrement numérisé permet aux clients de choisir leurs technologies énergétiques, de les connecter au réseau, et finalement d’interagir en temps réel avec d’autres ressources distribuées et centralisées.

Imaginez des panneaux solaires sur le toit de votre voisin, qui génèrent l’énergie nécessaire à son foyer. S’il produit plus qu’il ne consomme, la régie électrique pourrait même le rétribuer dans certains cas.  On pourrait ainsi obtenir des crédits sur sa facture d’électricité simplement en programmant sa machine à laver à 3h du matin plutôt qu’en début de soirée. Prévenir les pics de consommation devient possible grâce aux technologies de pointe du réseau (« grid edge »).
: REUTERS/Stringer : Panneaux solaires sur les toits de maisons individuelles dans le quartier de Qingnan, à Lianyungang, dans la province de Jiangsu le 8 janvier 2014.
Image : REUTERS/Stringer : Panneaux solaires sur les toits de maisons individuelles dans le quartier de Qingnan, à Lianyungang, dans la province de Jiangsu le 8 janvier 2014.

À plus grande échelle, l’énergie solaire peut avoir un impact majeur sur l’avenir de l’électricité. Par exemple, Enel, le plus grand distributeur d’électricité d’Italie, compte environ 32 millions de clients. En utilisant le système avancé de distribution électrique de Schneider, Enel a réduit ses pertes d’énergie de près de 144 GWh par an, ce qui équivaut à l’énergie consommée par environ 50 000 foyers italiens en une année. Découvrez la manière dont Enel optimise son réseau de distribution.

Un réseau qui se répare tout seul ?

Les technologies existent pour automatiser intégralement le réseau électrique grâce à la connectivité, et il est possible de gérer les ressources avec une flexibilité et une mobilité inédites. Ce système électrique plus intelligent et décentralisé peut globalement augmenter l’efficacité, la résilience, la sécurité et le développement durable, tout en générant de nouvelles opportunités de services et d’activités.

Les consommateurs et les entreprises peuvent tous bénéficier de cette innovation. Avec les technologies « grid edge », les réseaux de distribution énergétique sont équipés pour s’auto-gérer. Par exemple, ENEL est à la tête de plus de 110 000 sous-stations secondaires équipées d’une technologie permettant la détection des anomalies de manière intégralement automatique et décentralisée. Autre exemple : la régie hollandaise Stedin et Schneider ont développé le premier réseau de distribution énergétique souterrain décentralisé capable de se réparer automatiquement. Regardez comment ce réseau peut reconnecter les deux tiers de ses clients dans la minute suivant une panne.

La valeur économique des technologies « grid edge »

Le choix et la commodité constituent de puissants avantages. Mais la valeur économique des technologies « grid edge » est sans doute encore plus importante. Une analyse réalisée par le World Economic Forum évalue à 3300 milliards de dollars US la valeur nette que représente la transformation  de l’énergie au cours des 10 prochaines années – améliorant globalement la fiabilité, la résilience, l’efficacité, et l’utilisation des actifs du système, réduisant les émissions de CO2, générant de nouveaux services pour les clients et créant de nouveaux emplois.

Cette transformation change les « règles du jeu ». La convergence des trois tendances technologiques « grid edge » font évoluer le rôle du réseau au-delà de la fourniture d’électricité, pour devenir une plateforme  optimisant la valeur des sources énergétiques distribuées, la place grandissante des nouveaux modèles de distribution, et le potentiel économique des services aux particuliers. De nouveaux modèles de revenus ne tarderont pas à émerger.

Rien d’étonnant à ce que nous soyons optimistes.

Mais nous n’ignorons pas qu’une transition réussie apportera son lot de défis. C’est de la collaboration qu’émergeront des solutions concrètes, et ces nouvelles solutions offriront un avenir radieux à notre secteur de l’électricité.

Ce billet a été initialement publié à l’agenda du Forum Economique Mondial.

SYDEME : un siège social voué à l’éducation à l’environnement

Le 1er décembre dernier, les partenaires EcoXperts de Schneider Electric se sont réunis à Morsbach (Grand Est), pour découvrir la réalisation d’un des leurs, Jean-Yves Cufer, Directeur de la société Elec Est, au siège social du Syndicat Mixte de Transport et de Traitement des Déchets Ménagers de Moselle-Est, le SYDEME.SYDEME

« Crédit photo SYDEME »

Le bâtiment abritant le nouveau siège du SYDEME et le Centre Transfrontalier d’Education à l’Environnement (CT2E) a été construit dans le cadre d’une démarche environnementale. « Le SYDEME est très attaché à la préservation de l’environnement, confie Thomas Faber, Responsable sécurité et environnement du SYDEME. L’investissement que nous avons réalisé il y a près de 10 ans dans l’une des premières usines de méthanisation en France en constitue l’une des meilleures preuves. Nous avons voulu nous inscrire dans cette même démarche pour ce nouveau projet. Porteur de valeurs écologiques fortes, ce bâtiment de 1 500 m2 sur deux niveaux abrite les services administratifs du SYDEME et de nos régies, ainsi que le CT2E. Ce centre de communication accueille les élus lors des Comités Syndicaux, les scolaires lors des animations pédagogiques organisées 4 jours par semaine et le grand public, pour les sensibiliser au développement durable et à la préservation de l’environnement. Notre bâtiment compte des espaces d’exposition, d’animations, des bureaux, une salle multimodale… »

Des performances d’efficacité énergétique exceptionnelles

SYDEME

Crédit photo SYDEME

Entièrement construit en bois et béton, ce bâtiment présente un niveau de performance énergétique très élevé. « Nos solutions contribuent à ces excellentes performances, affirme Jean-Yves Cufer. A l’origine, le cahier des charges décrivait des lots distincts pour l’électricité et le chauffage, et ne préconisait pas de Gestion Technique du Bâtiment (GTB). Nous avons suggéré d’installer un système GTB intelligent qui pilote le chauffage, plutôt que deux systèmes, courant fort/courant faible d’un côté et chauffage de l’autre côté, reliés par une passerelle. Le SYDEME a jugé cette solution pertinente. » Une bonne manière de mutualiser les coûts et de réaliser des économies d’énergie ! « En particulier, le système intelligent de pilotage nous permet de visualiser et commander les différents paramètres pour optimiser les performances énergétiques du bâtiment »,  déclare Thomas Faber.

Une redéfinition du cahier des charges

SYDEME

Crédit photo SYDEME

L’équipe d’Elec Est a donc travaillé sur le cahier des charges, pour définir la solution, à grand renfort d’analyses fonctionnelles précises. « Non seulement nous avons ainsi fourni l’alimentation électrique et les équipements, le pré-câblage, la communication, les alarmes incendie et intrusion, l’éclairage sécurité, ou encore les alarmes techniques, décrit l’EcoXpert, mais aussi le système GTB. » La supervision est programmée sur ordinateur pour réaliser le comptage électrique, la gestion de l’éclairage, du chauffage et du traitement de l’air pièce par pièce, l’ouverture des stores, le pilotage de diverses fonctionnalités. Notamment dans la salle multimodale, un bouton suffit pour passer en mode vidéoprojection : démarrage du projecteur, diminution de l’éclairage et fermeture des stores.  « De plus, le système me permet d’être alerté systématiquement sur mon PC , lorsqu’un dysfonctionnement est détecté sur nos installations, affirme Thomas Faber. Je peux ainsi réagir sans attendre.»

L’assurance de faire une économie d’énergie

« Le 1er décembre, j’étais fier de présenter la solution installée au SYDEME, qui combine les protocoles de communication Loan, Modbus, Ethernet et Dali, s’enthousiasme Jean-Yves Cufer. Cela nous a permis à tous les EcoXperts d’échanger autour de nos projets. Et pour le syndicat de Moselle-Est, c’est l’assurance de recueillir les données de consommations et ainsi de pouvoir optimiser l’efficacité énergétique de son bâtiment. »

Pour en savoir plus sur la GTB

LEcoxpertses EcoXperts sont les partenaires de Schneider Electric pour le bâtiment connecté, intelligent et durable. Depuis sa création en 2011, le réseau EcoXpert continue d’évoluer et de s’agrandir pour permettre à nos partenaires d’être toujours plus compétents vis-à-vis des évolutions technologiques et des besoins de nos clients communs, tout en étant promoteurs de solutions respectueuses de l’environnement. A ce jour, plus de 300 entreprises régionales ont été sélectionnées, formées et labellisées pour apporter à nos clients finaux l’innovation et la garantie d’un constructeur mondial ainsi que l’expertise, la proximité et la réactivité de chacun de nos partenaires. Pour mieux connaître le programme EcoXpert : http://www.schneider-electric.fr/fr/partners/programs/ecoxpert/presentation.jsp

Le meilleur de l’actualité du bâtiment – décembre 2016

Revue du web2017 s’annonce être une année pleine d’énergie : l’énergie photovoltaïque est désormais plus abordable que les énergies fossiles dans plus de 30 pays, des nouvelles aides soutiendront le bâtiment et Schneider Electric lancera son disjoncteur de puissance nouvelle génération Masterpact MTZ. Bonne année à tous !

Transition énergétique et Smart grids

Énergies renouvelables

Projets et lancements

  • Schneider Electric a lancé au niveau mondial sa troisième génération de disjoncteurs de puissance basse tension Masterpact MTZ. Pour le marché français, le top départ a été donné depuis Grenoble.
  • AREVA a sélectionné Schneider Electric comme fournisseur privilégié pour ses futures éoliennes en mer. Le site de Grenoble fabriquera les disjoncteurs.

Et sur nos médias ?