MTZ épisode 1 : Masterpact le retour

Depuis sa création, 3 millions d’exemplaires du Masterpact, le disjoncteur de puissance de Schneider Electric, ont été vendus dans le monde ! Aujourd’hui, son succès ne risque pas de s’essouffler, d’autant plus qu’une nouvelle version est lancée en 2017. En avant-première, découvrez trois premières bonnes raisons d’opter pour le Masterpact MTZ !

Masterpact MTZ

Dès sa création en 1987, le Masterpact M se distingue de ses concurrents. Le disjoncteur de puissance est déjà le seul qui intègre un déclencheur électronique pour assurer la coupure d’électricité. Le succès est au rendez-vous. La preuve ? Le terme Masterpact est rapidement entré dans le langage commun : quand les professionnels évoquent un disjoncteur de puissance, ils parlent d’un Masterpact, au même titre que le mot « frigo » désigne un réfrigérateur.

Le plus petit disjoncteur de puissance au monde

En 2000, deux nouvelles versions sont lancées : les Masterpact MT NT et MW, dédiés au marché du bâtiment et à l’industrie. Le Masterpact est à la fois le plus petit disjoncteur de puissance au monde et le premier appareil intégrant la mesure. On le trouve partout dans des buildings et l’industrie. Des millions exemplaires sont installés.

Le Masterpact se renouvelle en 2017

En 2017, grande nouvelle : un nouveau Masterpact est lancé cette année, le MTZ. Déjà, quelques privilégiés ont eu l’opportunité de le découvrir, en particulier sur le salon de Hanovre en avril 2016. Mais quels atouts supplémentaires peut-il apporter que n’avaient pas ces prédécesseurs et que ne présentent pas ses concurrents ?

Atout 1 – Le Masterpact MTZ intégrera une centrale de mesures de classe 1, ce qui lui apportera une grande précision. Une nouvelle fois, c’est une « première ». Comme vous le savez, la RT2012 exige d’associer la mesure (de classe 0,2 à 1) au disjoncteur d’arrivée. Or, aujourd’hui, aucun disjoncteur de puissance n’intègre directement une centrale de mesure précise… excepté le Masterpact MTZ. Et cette intégration n’est pas anodine. L’installation d’une centrale de mesure à côté d’un disjoncteur de puissance peut durer jusqu’à 5 heures, entre le cablage, la pose de capteurs et les tests. Avec le Masterpact MTZ, pas de temps d’installation puisque tout est dans le disjoncteur, que les tests sont réalisés en amont en usine et que toute la chaîne de mesure est certifiée par un tiers. Cela permet donc de gagner en compacité, en mise en œuvre et en maintenance.

Atout 2 – Pour cette nouvelle génération de Masterpact, Schneider Electric a conservé la même ossature mécanique et la même architecture électrique de puissance, alors même que ses performances mécaniques et électriques ont été améliorées. Résultat : les metteurs en œuvres, qui ont déjà obtenu la certification 61439 pour les précédents Masterpact, n’auront pas l’obligation de passer la certification requise pour réaliser et installer les tableaux intégrant ce nouveau disjoncteur. C’est autant de temps et d’argent gagnés !

Atout 3 – Avec le Masterpact MTZ, le client achète la juste protection nécessaire. Rien de plus. Si les besoins de son installation évoluent, des mises à jour sont possibles : le Masterpact MTZ est personnalisable. Il est en effet possible d’ajouter des fonctionnalités de diagnostic, une allocation des coûts d’énergie, une protection avancée, ou encore la mesure des harmoniques. Nulle exigence d’acquérir un nouveau disjoncteur : les modules digitaux intégrés peuvent ajuster le Masterpact à vos besoins tout au long de son cycle de vie.

Précision de la mesure intégrée, pérennité de la certification liée à la mise en œuvre des disjoncteurs et personnalisation de la protection et des fonctionnalités : les premiers atouts du Masterpact nouvelle génération vous ont peut-être déjà convaincu. Quoiqu’il en soit, ne manquez surtout pas les prochains articles de ce blog qui vous révéleront les six autres avantages de notre futur disjoncteur de puissance. Vous risquez d’être étonné !

Pour en savoir plus :

 

Découvrez Masterpact MTZ

 

Thalès Mérignac vise la très Haute Qualité Environnementale

Le nouveau site de Thalès à Mérignac, près de Bordeaux, constitue le plus important projet immobilier des 10 dernières années en région Aquitaine !
Conçu dans une démarche de performance énergique, ce site sensible dédié à l’aéronautique, certifié HQE et BREEAM, vient de recevoir le Grand Prix du SIMI dans la catégorie « Campus ». Schneider Electric a fourni l’ensemble du courant fort, du courant faible, la solution dédiée au Data Center et la Gestion Technique du Bâtiment.

Thales

60 000 m2, sur un terrain de 16 hectares, six bâtiments reliés entre eux par un rez-de-chaussée commun, destinés à 2 300 salariés : le nouveau campus du Groupe Thalès en Gironde, construit à la faveur du regroupement des anciens sites Thalès systèmes aéroportés localisé à Pessac et Thalès Avionics implanté au Haillan, a été livré en août 2016. « En rapprochant ces deux sites, qui partagent des synergies fortes dans l’aéronautique, l’objectif était aussi de faire évoluer nos collaborateurs vers des pratiques de travail en mode projet, plus collaboratives, » confie Julien Montani, Chef de Projet de la Direction Immobilière du groupe Thales.

Bénéficier de solutions performantes

Les premiers occupants ont emménagé en octobre dans cet ensemble immobilier moderne et connecté, mêlant usages d’intégration et tertiaire, avec des unités de production, bureaux et laboratoires. « Pour que notre site bénéficie du meilleur en matière de smart building, nous avons fait appel à Schneider Electric, poursuit Julien Montani. Nous avons rencontré les équipes très en amont du projet et nous avons opté pour une solution full Schneider Electric, pour la fiabilité des produits, la largeur de gamme et l’expérience acquise sur de nombreux grands bâtiments tertiaires. »

Modernité, confort et économies d’énergie

ThalesSchneider Electric avait déjà équipé en 2015 le campus dernière génération de Thalès en région parisienne, à Vélizy (78). Ce campus, qui accueille 2 400 collaborateurs, était résolument tourné vers le confort des utilisateurs.  « A Mérignac également, les collaborateurs travailleront dans des conditions exceptionnelles, corrobore Patrice Guzman, Responsable de clientèle Grand Compte Building pour Schneider Electric. Le confort et la productivité ont compté parmi les préoccupations fortes de Thalès. Nous y contribuons en apportant des solutions très techniques, de nombreux automatismes et un système GTB clé-en-main pour l’ensemble des bâtiments, piloté par notre plateforme d’applications StruxureWare. StruxureWare permet de suivre et gérer les consommations énergétiques, ainsi que les autres fonctionnalités des bâtiments, pour optimiser les performances. »

Être au rendez-vous dans des délais serrés

Et ce n’est pas tout. Très mobilisé pour ce projet emblématique, Schneider Electric a délivré l’ensemble de ses savoir-faire avec de nombreux autres équipements, comme le confirme Patrice Guzman : « Nous fournissons toute la distribution électrique, haute et basse tensions. Pour ce site sensible dédié aux activités aéronautiques, nous avons notamment proposé un système de reconfiguration de boucle afin d’assurer en permanence la continuité de l’alimentation électrique. »

Un accompagnement très en amont

ThalesC’est en accompagnant Thalès et son maître d’œuvre, le constructeur toulousain GA, très en amont du projet que Schneider Electric a su être proactif et proposer les solutions les plus pertinentes. Les exigences de délais du chantier en particulier étaient fortes, ce qui a nécessité d’anticiper, de pré-monter les équipements, de pré-câbler : 18 mois ont suffi pour réaliser la construction de ce campus gigantesque ! Schneider Electric a également fourni toute la connectivité réseau des bâtiments intelligents : près de 400 km de câbles VDI en tout ! « Côté Data Center, nous avons également répondu présent en procurant des solutions InfraStruxure APC by Schneider Electric, renchérit Patrice Guzman. Avec ce projet, nous avons démontré notre capacité à prendre en main des dossiers de très grande envergure. Sans compter notre proximité en région, qui nous permet de mieux accompagner au quotidien les clients. Des atouts que le groupe Thalès a apprécié ! »

Pour en savoir plus  :

 

Contactez-nous

 

Les partenaires du projet Thalès Mérignac
Thalès – Maître d’ouvrage
Le Covec – Architecte
Barbanel – Bureau d’études
GA – Constructeur
Spie – Titulaire du marché courants forts HT/BT
Cegelec – Titulaire du marché courants faibles VDI
Cegelec/Tunzini /Hervé Thermique – Titulaires du marché GTB/CVC

Les bâtiments anciens méritent aussi leur système KNX

Le groupe scolaire Notre-Dame-de-Mongré, construit en 1840 à Villefranche sur Saône (69), accueille 2 000 élèves de la maternelle au baccalauréat. Dans le cadre de sa démarche HQE, il a entrepris, depuis une dizaine d’années, des travaux visant à améliorer le confort de ses occupants et à optimiser ses consommations d’énergie : installation de planchers chauffants, remplacement des fenêtres, travaux d’isolation, diversification des sources de chauffage ou encore généralisation des éclairages à LEDs,… jusqu’à la mise en œuvre du système d’installation communicant KNX.

« J’ai été frappé par le gaspillage d’énergie dû aux éclairages allumés le soir dans des salles vides, explique Jean-Yves Duché, responsable technique de l’établissement. J’ai fait des recherches et, avec Gilles Cresci, notre partenaire intégrateur de système Domotiqa, nous nous sommes lancés dans la mise en œuvre du système KNX de Schneider Electric pour le pilotage du chauffage et de l’éclairage. On a commencé en 2010 avec la détection de présence et la coupure automatique de l’éclairage. Un dispositif que les professeurs et le personnel administratif se sont très vite approprié. Avec notre  gestionnaire, Vincent Claire, nous avons vite compris l’éventail d’opportunités qu’offrait KNX, et les économies d’énergie possibles. Aujourd’hui 400 modules sont installés, chaque appareil est autonome, avec sa propre adresse physique. Toutes les salles de cours sont équipées, ainsi que les bureaux, le self… Avec KNX, rien ne nous arrête ! On pense à un projet – comme l’automatisation du portail d’entrée par exemple l’été dernier –, j’appelle notre intégrateur, et c’est parti ! »

Le système KNX éligible au dispositif de certificats d’économie d’énergie

Vincent Claire, le gestionnaire de l’école-collège-lycée Notre-Dame-de-Mongré se félicite lui aussi de cette solution technologique, à plusieurs titres. « On a choisi la domotique KNX de Schneider Electric d’abord parce qu’elle venait compléter d’autres actions initiées dans le cadre de notre démarche HQE, mais aussi parce que les travaux pouvaient être réalisés en interne. Mais KNX présente d’autres atouts : la solution peut être déployée progressivement en fonction des budgets disponibles et elle bénéficie d’un financement puisqu’elle est éligible aux CEE (certificat d’économie d’énergie). Quant aux économies d’énergie, l’expérience KNX est concluante : malgré la hausse des coûts de l’énergie, l’établissement scolaire parvient à conserver un budget stable en volume et en pourcentage, soit 4 % de son budget de fonctionnement. »

Un pilotage énergétique du bâtiment à distance, en temps réel

KnxAujourd’hui le déploiement du système se poursuit avec, notamment, la mise en place de détecteurs de CO2 dans les salles de classe. « Grâce à la collaboration avec notre intégrateur et avec Stéphane Rozand, notre référent chez Schneider Electric, je suis désormais parfaitement autonome pour continuer d’équiper l’établissement en KNX. C’est très simple à installer. Et à superviser ! » déclare Jean-Yves Duché. Grâce au web serveur, le responsable technique peut en effet contrôler avec son smartphone, en temps réel et à distance, le fonctionnement du bâtiment, découpé par zones, par activités. Il peut ainsi vérifier tous les paramètres de l’installation et être alerté en cas de dysfonctionnement. « Avec ce type de solution, conclut Vincent Claire, Notre-Dame-de-Mongré montre l’exemple et prouve que l’on peut facilement adopter une démarche vertueuse dans des établissements très anciens comme celui-ci, mais aussi dans des établissements construits il y a 40 ou 50 ans. On est vraiment dans l’anticipation pour l’avenir d’une meilleure gestion du bâtiment. »

Engagé dans une démarche pédagogique en faveur de l’environnement et du développement durable, l’établissement de Villefranche sur Saône a été récompensé par deux labels décernés l’un par la Région (Lycée éco-responsable), l’autre par le Département (Label E3D).

visionnez la vidéo : http://www.schneider-electric.fr/fr/work/solutions/for-business/case-studies/knx-spacelynk-ecole/knx-spacelynk-ecole.jsp

Pour en savoir plus, contactez-nous :

Contactez-nous

 

 

Hôtel connecté : et si vous faisiez appel à un concierge virtuel ?

La société d’Ingénierie dans le contrôle et le pilotage des éclairages et du bâtiment SOLILED vient d’installer le contrôleur HomeLYnk de Schneider Electric et la solution Hotelcloud dans les chambres de la nouvelle résidence hôtelière 4 étoiles « Goralska » à Paris. Des innovations que l’hôtel valorise pour séduire une clientèle exigeante.

« Situé à proximité du quartier historique du Marais, à quelques pas de la Bastille, le Goralska Residences présente un concept inédit de résidences hôtelières. […] Ses 12 suites spacieuses alliant élégance et nouvelles technologies, offrent une vue spectaculaire sur la marina. […] Chaque suite […] est dotée d’une tablette tactile et d’un équipement technologique avancé permettant la personnalisation de l’ambiance et la mélodie de votre séjour et répondant à un service de conciergerie sur mesure. » Le décor est posé : un hôtel qui allie élégance et nouvelles technologies !

Un hôtel de 4 étages construit sur un petit immeuble ancien

Elie Bouskela, fondateur et Directeur technique de SOLILED, EcoXpert Schneider Electric, décrit les solutions mises en œuvre dans les appartements de la résidence, qui lui offrent ses attraits. « Notre ambition est de devenir un leader de solutions intelligentes du bâtiment et du contrôle numérique d’éclairage, indique-t-il. Dans cette perspective, le projet de l’hôtel Goralska Residences est particulièrement intéressant. L’hôtel a été construit au-dessus d’un immeuble ancien, entièrement rénové. Lors de la réhabilitation, deux plateaux de bureaux, aux premier et deuxième étages, ont été équipés avec les systèmes KNX et DALI de Schneider Electric pour la gestion d’éclairage. Nous avons installé d’autres solutions pour la résidence hôtelière : Hotelcloud et HomeLYnk. »

Une tablette numérique pour chaque client

Dans leur chambre, les clients de l’hôtel disposent d’une tablette IPad, pour accéder à un service virtuel de conciergerie, grâce à l’application Hotelcloud : réserver un repas au restaurant, acheter une place de théâtre, contacter le service de blanchisserie, commander le petit déjeuner, ou obtenir tout autre service. Les gestionnaires de Goralska Residences ont même mené une enquête afin de sélectionner les meilleurs loisirs autour de l’hôtel : commerces, cafés, brasseries, salles de spectacle… Pour chaque lieu identifié, une appréciation et un commentaire guident le client dans ses choix.

Une gestion d’éclairage simplissime

« À partir de cette plateforme de conciergerie virtuelle, il est en plus possible d’intégrer le pilotage de la domotique et de la gestion du confort dans la chambre, explicite Elie Bouskela. Les 12 suites sont en effet équipées de contrôleurs HomeLYnk. » HomeLYnk sert à piloter divers usages, comme l’éclairage, le chauffage, les ouvrants ou la musique, depuis une tablette numérique, un smartphone ou un ordinateur. Le contrôleur permet également de réaliser des économies d’énergie, en effectuant un suivi des consommations. « Nous n’en sommes pas à notre première expérience avec HomeLYnk, ajoute Elie Bouskela. Nous l’avons installé sur divers projets : le Musée Picasso à Antibes, un collège à Sète, la boutique Longchamp de la rue Saint-Honoré à Paris, ou encore le clocher de la Cathédrale Sainte-Réparate dans le Vieux Nice. A chaque fois, nous apprécions la simplicité d’utilisation du contrôleur HomeLYnk, sa facilité de mise en œuvre, sa flexibilité, son protocole ouvert. Le tout dans une fourchette de prix très raisonnable. »

Des interfaces personnalisables

L’intégrateur a la capacité de moduler l’ambiance des chambres. Ainsi, dans l’une des 12 suites, il est possible de piloter plusieurs niveaux de blanc pour optimiser le confort en fonction de l’heure de la journée. Il est aussi possible de personnaliser les interfaces. « Il faut que le client comprenne rapidement comment utiliser au mieux l’application sur la tablette, confie Elie Bouskela. Dans cet objectif, nous avons mis en fond de page la photo de la chambre et si le client veut éclairer une zone de la chambre, il n’a qu’à cliquer à l’endroit voulu sur le pictogramme de la photo. Rien de plus simple ! »

 

En savoir plus : http://www.schneider-electric.fr/fr/product-range/62143-homelynk/ et http://www.thehotelcloud.com/fr/
Ou contactez-nous :

Contactez-nous

 

LEcoxpertses EcoXperts sont les partenaires de Schneider Electric pour le bâtiment connecté, intelligent et durable. Depuis sa création en 2011, le réseau EcoXpert continue d’évoluer et de s’agrandir pour permettre à nos partenaires d’être toujours plus compétents vis-à-vis des évolutions technologiques et des besoins de nos clients communs, tout en étant promoteurs de solutions respectueuses de l’environnement. A ce jour, plus de 300 entreprises régionales ont été sélectionnées, formées et labellisées pour apporter à nos clients finaux l’innovation et la garantie d’un constructeur mondial ainsi que l’expertise, la proximité et la réactivité de chacun de nos partenaires. Pour mieux connaître le programme EcoXpert : http://www.schneider-electric.fr/fr/partners/programs/ecoxpert/presentation.jsp

Le meilleur de l’actualité du bâtiment – novembre 2016

Revue du webUn rapport sur l’efficacité énergétique a été publié par le Conseil mondial de l’énergie : bien mais peut mieux faire. Parmi les autres articles sélectionnés pour cette revue du web, l’accès à la première plateforme MOOC dédiée au bâtiment durable et un intéressant portrait de Jean-Pascal Tricoire dans Challenges. Bonne lecture !

Transition énergétique

Mobilité électrique

Plan bâtiment durable

  • Une nouvelle mission pour Philippe Pelletier, Président du Plan Développement Durable à propos des « Retours d’expérience sur la mobilisation des établissements bancaires en faveur de l’efficacité énergétique des bâtiments – Développement du tiers-financement ». Un questionnaire est à remplir avant le 2 décembre.
  • La première plateforme de MOOCs dédiée au bâtiment durable a été lancée mardi 15 novembre par l’ADEME et le Plan bâtiment durable.

Prix

  • En marge de la COP22, s’est tenue lundi 14 novembre la cérémonie de remise des Green building solutions awards, concours international annuel de bâtiments et solutions exemplaires, organisé par Construction21.

Énergies renouvelables

Schneider Electric

Et sur nos médias ?

Les CEE haussent le taux : c’est le moment de faire des économies

Victor LadrièreLes Certificats d’Economie d’Energie CEE montent en puissance : la ministre de l’Environnement, de l’Energie et de la Mer Ségolène Royal a annoncé que les objectifs pour la période 2018-2020 seraient doublés par rapport à la période actuelle, passant à 1 600 TWh cumac. Lors de leur création en 2006 par la loi Pope (Programmation fixant les orientations de la politique énergétique), l’objectif était de 60 TWh cumac seulement.

Rappelons le principe des CEE. Le dispositif des certificats d’économie d’énergie impose aux fournisseurs d’énergie de réaliser des actions d’économies d’énergie ou d’inciter leurs clients à entreprendre des travaux d’amélioration énergétique des bâtiments en leur versant des primes d’énergie. L’attribution de Certificats d’Economie d’Energie officialise la prise en compte de ces actions.

L’unité du CEE est le kWh cumac. Elle correspond aux économies d’énergie estimées sur la durée de vie d’une installation d’un actif (variateur de vitesse, pompe à chaleur…). La prime CEE versée au client dépend alors du taux en vigueur exprimé en euros par MWh cumac. La pose d’un variateur de vitesse sur une pompe génère par exemple 372 MWh cumac. Si le taux en vigueur est de 1 euro par MWh cumac, la prime d’énergie s’élève à 372 euros.

economie d'energie« Schneider Electric n’est pas fournisseur d’énergie, explique Victor Ladrière, responsable des solutions de financement de Schneider Electric France. Néanmoins, en tant que spécialiste de l’efficacité énergétique, le groupe s’est associé à la société Economie d’Energie SAS pour mettre en place la Prime Energie. L’idée est d’aider nos clients du bâtiment tertiaire et de l’industrie à financer leurs travaux d’économie d’énergie, en particulier dans le cadre des très gros projets. » Concrètement, le chargé d’affaire de Economie d’Energie SAS se charge des démarches administratives liées aux CEE et s’assure que les clients bénéficient de primes aux meilleurs taux. « En 2016, le taux avoisinait 1,10 euro, rapporte Victor Ladrière. Mais à ce jour, alors que la troisième période s’achève fin 2017, l’objectif est déjà quasiment atteint. La déclaration de Ségolène Royal sur le doublement des objectifs durant la quatrième période change la donne. Déjà, le marché des CEE reprend. A partir du 1er décembre 2016, le taux atteindra 1,30 euro par MWh cumac. C’est le moment de faire des économies d’énergie ! »
Les partenaires installateurs de Schneider Electric, EcoXperts et Alliance, peuvent également recourir au dispositif des certificats d’économie d’énergie dans le cadre de leurs projets et bénéficier d’une contribution financière s’ils réalisent des travaux éligibles au programme CEE. « Nous les accompagnons et leur garantissons les services d’assistance administrative et d’assurance de Primes Energie au meilleur taux, confie Victor Ladrière. Nos partenaires trouvent toutes les informations nécessaires aux travaux de leurs clients sur une plateforme digitale dédiée, que nous avons mis à leur disposition et qu’ils utilisent en toute autonomie. » L’objectif : que les Certificats d’Economie d’Energie soient les plus rémunérateurs possibles.

Pour en savoir plus :

 

Contactez-nous

 

Leur smart building est un show room

Steeve Baron et Laurent Guilbaud sont associés et EcoXpert Schneider Electric. Bientôt 10 ans qu’ils ont repris ensemble l’entreprise d’électricité BGE en Eure-et-Loir et qu’ils en développent l’activité. Depuis 2007, leur effectif est passé de 4 à 40 salariés. Leur dernière actualité : ils ont inauguré leur nouveau siège social à Mainvilliers (28), un bâtiment intelligent avec une gestion automatisée. Ils nous en parlent.

BGE« Notre siège social n’est pas seulement un bâtiment intelligent, pilotable par smartphone, ordinateur et tablette, respectant la RT 2012. C’est aussi un véritable show room, qui nous permet de faire découvrir à nos clients les nouvelles technologies du bâtiment. En parler avec nos clients, c’est bien, mais leur montrer lors des soirées d’information que nous organisons, c’est encore mieux pour les convaincre. Côté luminaires, notre bâtiment est entièrement équipés d’éclairage LED Philips, tant à l’intérieur des locaux qu’en extérieur. De quoi réaliser d’importantes économies d’énergie. Egalement dans un objectif de développement durable, nous avons mis en place deux bornes EVlink de 7 et 22 kW pour recharger nos véhicules électriques et hybrides rechargeables.image003 Notre bâtiment, d’une superficie de 1 000 m2,  bénéficie par ailleurs d’une gestion automatisée, fournie par Schneider Electric : armoires électriques, tableaux de gestion de l’énergie, passerelle de réseau Bacnet/ModBus-KNX… En particulier, deux innovations de Schneider Electric en matière de GTB ont été installées à titre de démonstrations pour notre clientèle : l’interface de communication Smartlink, destinée plutôt aux petits bâtiments tertiaires, et le contrôleur logique multi-protocole avec serveur web intégré SpaceLYnk, dédié aux bâtiments de moyenne superficie. Chaque pièce de notre siège social est autonome pour l’éclairage, le chauffage… Nous pouvons aussi piloter individuellement ces fonctions par smartphone ou ordinateur. Nos clients sont impressionnés par la rapidité d’exécution entre la commande et l’action. Côté économies d’énergie, tout s’éteint entre 22h et 6h, même les appareils en veille. Parce que nous savons en permanence où nous consommons le plus, nous visons une économie de 40 %, par rapport à un bâtiment tertiaire standard. Pour le vérifier, nous avons intégré des compteurs dans le tableau intelligent. Le confort des occupants n’a pas été oublié. image005Des capteurs à CO2 ont été posés dans la salle de réunion, afin de faire varier la ventilation en fonction de son occupation et obtenir une qualité d’air optimale. Nous avons aussi équipé la salle de réunion et le bureau de Laurent Guilbaud en KNX DALI, qui peut piloter l’éclairage soit en « tout ou rien », soit en fonction de la luminosité extérieure. Si nous n’étions pas EcoXperts, nous ne serions pas aussi en avance sur les nouvelles technologies du bâtiment et nos clients ne pourraient évidemment pas en bénéficier. Etre partenaire de Schneider Electric, c’est mieux qu’un label, c’est travailler main dans la main avec le fabricant, c’est être à l’avant-garde de l’efficacité énergétique et bénéficier d’une réelle expertise grâce aux formations. Nous sommes fiers d’avoir été sélectionnés par Schneider Electric pour participer au programme EcoXpert. Lors de notre inauguration, certains clients ont déjà exprimé tout leur intérêt pour les innovations présentées. Pour leurs projets, voir les technologies en fonctionnement, ça change tout ! »

Pour en savoir plus :

 

Contactez-nous

 

LEcoxpertses EcoXperts sont les partenaires de Schneider Electric pour le bâtiment connecté, intelligent et durable. Depuis sa création en 2011, le réseau EcoXpert continue d’évoluer et de s’agrandir pour permettre à nos partenaires d’être toujours plus compétents vis-à-vis des évolutions technologiques et des besoins de nos clients communs, tout en étant promoteurs de solutions respectueuses de l’environnement. A ce jour, plus de 300 entreprises régionales ont été sélectionnées, formées et labellisées pour apporter à nos clients finaux l’innovation et la garantie d’un constructeur mondial ainsi que l’expertise, la proximité et la réactivité de chacun de nos partenaires. Pour mieux connaître le programme EcoXpert : https://youtu.be/CeAaYmPY9zo

L’IoT et la transformation du bâtiment tertiaire

Michel RamserQuelles possibilités ouvre la vague de fond de l’Internet des Objets pour le secteur du bâtiment tertiaire ? Michel Ramser, VP Product Marketing Schneider Electric détaille le contexte des évolutions technologiques et d’usages qui bouleversent aujourd’hui les grands bâtiments et analyse l’impact stratégique qu’ont ces changements pour les professionnels.

Quel regard portez-vous sur la tendance de l’Internet des Objets ?

Le secteur des grands bâtiments tertiaires à tout à gagner de l’explosion des objets connectés. Les opportunités sont nombreuses pour les sièges d’entreprise, les tours « multi-tenant » et les campus d’universités par exemple. Dans tous ces bâtiments, il existe des Building Management Systems (BMS). A l’origine, ce système de contrôle ne gérait que la climatisation, les systèmes chaud/froid, dans un environnement mécanique. C’était le premier élément mis en place à la construction d’un bâtiment. En revanche, la couche « informatique » était ajoutée en dernier lieu. Ce modèle a volé en éclat aujourd’hui, ce qui induit des conséquences en cascades pour tous les acteurs du bâtiment.

Comment cela ?

Sur le chemin de la convergence informatique, le BMS migre vers le protocole IP et se juxtapose donc naturellement avec le système informatique au global. Cela signifie que le mode de communication standard IP permet à tous les systèmes de se comprendre et d’interagir. Cette convergence permet de repenser et d’élargir fondamentalement le rôle du BMS, qui se voit offrir l’opportunité d’accéder à toutes les fonctionnalités dans le bâtiment, de l’éclairage au contrôle des stores, en passant par la gestion du confort ou même la gestion du dispatching des énergies renouvelables. C’est d’autant plus avantageux que le BMS est de toute façon présent dès le départ. Il est donc possible de capitaliser sur l’existant, en centralisant une gestion autrefois éclatée et en évitant d’avoir à multiplier les systèmes.
Pourquoi a-t-on le sentiment que tout s’accélère aujourd’hui autour de l’IoT ?
L’une des principales raisons est la maturité très importante qui a été gagnée en quelques années sur le sujet du Cloud Computing. Cela a permis d’ouvrir des opportunités complètement nouvelles. En déportant la puissance informatique des « objets » dans le Cloud, on peut ne conserver localement que l’essentiel de l’exécution. Cela permet d’installer des objets et des capteurs très autonomes, avec des batteries qui peuvent tenir dix ou douze ans. Les données recueillies seront, elles, exploitées dans le Cloud et croisées avec d’autres pour fournir des fonctionnalités et services très pratiques.

Par exemple ?

Des réseaux de capteurs innovants dans les bureaux permettent aujourd’hui de savoir à distance si un poste de travail est libre dans un open-space, et d’y associer des capacités de gestion d’agenda. Mieux, des capteurs qui comptent les personnes présentes dans une pièce permettent d’établir précisément, en fonction de la dimension du lieu, si celui-ci est sous ou surutilisé. Le lien avec les capacités historiques du BMS devient alors très intéressant, car il est possible d’en déduire automatiquement le fonctionnement de la climatisation ou le renouvellement de l’air. Les applications sont infinies : des capteurs sur les machines à café pour anticiper le réapprovisionnement en eau et dosettes, ou encore la programmation beaucoup plus efficace de l’entretien des bureaux, en détectant automatiquement qu’une salle est libre et qu’elle a besoin d’être nettoyée parce qu’elle a été beaucoup utilisée dernièrement. C’est un levier direct pour réduire les frais de nettoyage souvent astronomiques dans les grands bâtiments. De fait, l’IoT influence un nouveau monde organisationnel pour améliorer l’efficacité des routines des acteurs et être au plus près des besoins réels. Il donne aussi l’occasion d’aborder avec une vision cohérente, d’un seul tenant, le confort « physique » (lumière, air, chaud/froid…) et le confort « opérationnel » (fonctionnement des outils, connectivité…) des collaborateurs.

Au final, ce sont des changements importants pour les entreprises qui en bénéficieront… mais pour les professionnels de la filière, en particulier la communauté EcoXpert ?

Ce sont avant tout de nombreux nouveaux marchés qui s’ouvrent, à la fois pour le neuf et pour la rénovation. C’est réellement une opportunité massive qui va se présenter d’ici un à trois ans. Les demandes pour la mise à niveau de bâtiments, mêmes récents, vont se multiplier. Pour pouvoir y répondre, il va toutefois falloir une bonne dose d’adaptation. Le plus gros changement réside en effet dans l’abandon des réseaux propriétaires au profit du réseau IP. Les metteurs en œuvre vont devoir apprendre à connaître et à maitriser ce nouveau monde de l’informatique. La position de mono-spécialiste mécanique et/ou électronique ne sera plus tenable longtemps. Les entreprises de taille modeste pourront commencer par se spécialiser sur certains aspects, mais les poids lourds ont tout intérêt à fédérer autour d’eux l’ensemble des services et usages que nous avons abordé précédemment. Les EcoXperts ont une longueur d’avance.

Cela signifie aller chercher de nouvelles compétences, revoir son organisation ?

Pour rester pertinent, au-delà de l’expertise à acquérir sur le réseau informatique, il va falloir s’intéresser assez vite à de nombreux univers connexes. La cybersécurité par exemple est un sujet fondamental pour les objets connectés, du fait de leur lien étroit avec le système d’information. D’un point de vue plus « offensif », les analytics, le prédictif, vont devenir l’un des leviers les plus importants pour apporter une valeur significative aux clients. Ce sont ces outils et ces savoir-faire qui permettront notamment de sortir d’une approche de la maintenance où le nombre d’interventions est fixé annuellement, pour entrer dans une démarche proactive, beaucoup plus fine. Celle-ci offre une réponse séduisante à deux des attentes principales des résidents des grands bâtiments : l’amélioration de leur productivité et le fait que le fonctionnement quotidien de leur organisation ne soit pas perturbé par des interventions extérieures. Les EcoXperts qui prennent ce positionnement proactif grâce à une bonne compréhension des enjeux IoT auront donc, littéralement, un avantage concurrentiel sur leur marché.

Pour en savoir plus :

 

Contactez-nous

 

Des informations sur le bâtiment connecté http://www.schneider-electric.fr/fr/work/webmarketing/batiment/evenements-batiment-showroom.jsp et http://www.schneider-electric.fr/fr/work/webmarketing/building-is-on.jsp
Pour mieux connaître le programme EcoXpert : https://youtu.be/CeAaYmPY9zo

Le meilleur de l’actualité du bâtiment – octobre 2016

Revue du webLa transition énergétique occupe le web ce mois-ci, entre un rapport parlementaire qui la juge trop lente, un colloque sur les réseaux électriques et l’expérience de la transition énergétique, et une infographie sur les défis énergétiques en Europe.

Transition énergétique

Formation et information

Objets connectés

  • « L’IoT représente aujourd’hui 45 % de notre chiffre d’affaires » : c’est Jean-Pascal Tricoire, PdG de Schneider Electric, qui l’affirme dans le Journal du Net.
  • EcoStruxure, la plate-forme d’équipements connectés et d’analyse de données de Schneider Electric a vocation à optimiser la gestion opérationnelle de ses clients. Le point dans les Echos Business.

Et sur les médias Schneider Electric ?

Domotique KNX haut de gamme pour appartement de standing

Transformer un plateau d’anciens bureaux de 1 000 m2 en deux appartements de très haut standing à Monaco : tel est le challenge immobilier auquel Jerôme Brao, EcoXpert et Président Fondateur de Riviera Automation, participe.

KNX appartement« Depuis la terrasse au 9ème étage de l’immeuble Panorama à Monaco, la vue sur le Port Hercule est magnifique, décrit avec enthousiasme Jérôme Brao. L’intérieur de l’appartement sera tout aussi exceptionnel. Les travaux ont démarré il y a plus de 2 ans maintenant. Tous les corps de métier sont intervenus. Quant à nous, nous étions chargés de l’intégration de la solution courant faible. Cela n’a pas été une mince affaire. Pas moins de 220 produits KNX ont été installés dans des tableaux électriques Schneider Electric : des protections, des actionneurs de volets roulants, des variateurs… En tout, quatre lignes KNX.

Les blancs s’habillent de chaud et de froid

image004Dans l’appartement, il y a 34 baies vitrées et autant de volets roulants à piloter. Une salle de cinéma ultra-moderne avec des luminaires qui créent au plafond un ciel étoilé en un clic et des sièges mobiles pour visionner des films en 4D. Des centaines d’éclairage aussi. Certains classiques. D’autres faisant varier la luminosité, permettant de moduler plusieurs « chaleurs » de blanc et ainside créer différentes ambiances en fonction de l’heure de la journée : plus froid le matin, plus chaud le soir. Pour cela, une passerelle chargée de traduire le protocole de communication KNX en standard d’éclairage DALI a été intégrée dans le tableau électrique. Cette solution, récente dans le catalogue Schneider Electric, apporte de la valeur à mon travail. Et pour mon premier projet avec un système KNX DALI, j’ai été accompagné par Schneider Electric.

Des boutons poussoirs universels

Dans cet appartement de luxe, une autre innovation a été installée : le KNX Push-button. Jusqu’à présent, il fallait un type de bouton pour l’éclairage, un autre pour les volets roulants, un autre encore pour le chauffage et ainsi de suite. Maintenant, il y a le Push-button, un bouton poussoir universel qui fait tout. Quand le l’ai découvert à Francfort au Salon “Light & Building”, j’ai immédiatement été conquis. Une seule référence suffit grâce à la différenciation retardée : je n’ai qu’à programmer le logiciel pour personnaliser la fonction du bouton au dernier moment, lors de l’installation.

Deux programmations domotiques indépendantes

Dernière particularité de ce chantier : nous avons installé deux routeurs IP. L’avantage ? On peut diviser facilement l’appartement de 1 000 m2 en deux appartements de 500 m2. Aujourd’hui, nous avons relié les deux routeurs. Si on enlève la liaison, les deux appartements seront totalement indépendants, avec deux programmations domotiques dissociées. Quelques heures suffisent pour réaliser cette opération. Sans cela, la séparation des deux appartements prendrait des jours entiers de travail.

Agrandir le champ des possibles avec KNX

Une nouvelle fois, je suis enthousiasmé par les possibilités offertes par le protocole KNX. J’arrive encore à être étonné, alors que KNX, je connais par cœur : je suis formateur indépendant en programmation KNX. J’apprécie que KNX soit un protocole ouvert qui peut s’interfacer avec de nombreux autres systèmes, comme ici KNX RF et la gestion audio/vidéo. Les produits KNX de Schneider Electric sont particulièrement intéressants, pour leurs fonctionnalités interopérables, leur fiabilité et la largeur du catalogue De surcroît, les clients sont rassurés lorsqu’on leur propose une solution homogène, constituée d’une marque unique. Et pour nous, tableautiers, installateurs et programmeurs, c’est de la sérénité et du temps gagnés !

Les travaux de ce chantier ont été réalisés en partenariat avec la société Monel Monaco.

Pour en savoir plus :

 

Contactez-nous

 

LEcoxpertses EcoXperts sont les partenaires de Schneider Electric pour le bâtiment connecté, intelligent et durable. Depuis sa création en 2011, le réseau EcoXpert continue d’évoluer et de s’agrandir pour permettre à nos partenaires d’être toujours plus compétents vis-à-vis des évolutions technologiques et des besoins de nos clients communs, tout en étant promoteurs de solutions respectueuses de l’environnement. A ce jour, plus de 300 entreprises régionales ont été sélectionnées, formées et  labellisées pour apporter à nos clients finaux l’innovation et la garantie d’un constructeur mondial ainsi que l’expertise, la proximité et la réactivité de chacun de nos partenaires. Pour mieux connaître le programme EcoXpert : https://youtu.be/CeAaYmPY9zo