Industrie

L’ABC des boutons d’arrêt d’urgence … Un concept simple qui peut devenir vraiment compliqué  

Les normes CEI 60947-5-5 et ISO 13-850 qui définissent les spécifications des boutons d’arrêt d’urgence évoluent régulièrement pour rester à jour en matière de sécurité. Il est souvent facile de se perdre dans ces sujets … Voici donc quelques-unes des dernières évolutions et questions fréquemment posées :

Esthétique et ergonomie

Produit avec fond rouge

Ce produit ne doit plus être utilisé avec un fond jaune

La norme indique maintenant clairement qu’un bouton rouge sur un fond jaune doit être un arrêt d’urgence. Cela signifie qu’un bouton-poussoir à impulsion rouge standard ne doit pas être utilisé sur un fond jaune, seuls les boutons d’arrêt d’urgence avec déclenchement, verrouillage et contacts à ouverture positive peuvent être utilisés sur un tel fond. Ce produit ne doit pas être utilisé sur fond jaune plus

De plus, l’esthétique d’un bouton d’arrêt d’urgence ne doit pas entraîner de confusion quant à son actionnement en cas de danger. Dans le passé, les boutons d’arrêt d’urgence à réarmement par rotation de la tête avaient des flèches blanches pour indiquer le mouvement de libération. Cependant, de telles flèches blanches pourraient être confondues avec le bouton de sécurité!

Par conséquent, les flèches blanches sont maintenant interdites. Comme il peut toujours être important d’indiquer la direction de déverrouillage, les flèches rouges sont toujours acceptées car elles sont moins visibles et donc le risque d’erreur est plus faible.

Bouton d'arrêt d'urgence avec des fleches

Un bouton d’arrêt d’urgence avec des flèches rouges indiquant le sens de déverrouillage.

Le monitoring des contacts est-il obligatoire ? NON

Le monitoring des contacts a pour objectif de stopper la machine si les contacts principaux se dissocient de la tête du bouton arrêt d’urgence, en particulier lorsque des chocs violents sont appliqués sur la tête.

Il est matérialisé par un contact supplémentaire qui détecte la séparation des contacts principaux et de la tête.

La norme stipule que les chocs violents ne doivent pas conduire à la perte de la fonction arrêt d’urgence. Cependant, la norme n’impose pas de solution technique.
Les contacts de surveillance sont l’une de ces solutions, mais la conception technique qui empêche la séparation des contacts ou les accessoires qui maintiennent le contact en place sont d’autres solutions qui sont aussi acceptables. La solution technique est juste une question de goût et de confiance entre le fabricant du produit, le concepteur de l’interface de contrôle et l’utilisateur final.

Bouton d'arret d'urgence

Un bouton d’arrêt d’urgence avec contacts monitorés

Les gardes sont-elles interdites ? NON

La norme reconnait que l’actionnement accidentel peut être une gêne, donc les gardes ne sont pas interdites. MAIS le protecteur ne doit pas empêcher le bouton d’arrêt d’urgence d’accomplir sa fonction de sécurité, ce qui signifie que le protecteur doit permettre l’actionnement du bouton d’arrêt d’urgence par la main de l’opérateur ou d’un autre intervenant. Plus exactement par la paume de la main, un doigt ne suffit pas.

Il y a plusieurs possibilités pour répondre à cette exigence :

Les gardes télescopiques n’empêchent pas l’activation et sont utilisées pour empêcher les actionnements accidentels

Pour en savoir plus sur notre gamme de boutons poussoirs, n’hésitez pas à visiter notre page Harmony www.schneider-electric.fr/Harmony

 

Article original: Grégory Bouchery


Pas de réponses

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas publié)