Perspectives

À la découverte de la « Digital France »

Nous savons que le numérique transforme le monde qui nous entoure et afin de préparer le prochain Innovation Summit Paris, je voulais m’intéresser au cas de la France. J’ai décidé d’explorer la façon dont cette transformation était vécue dans ce pays, un point névralgique pour la nouvelle génération de sociétés de technologie, de start-up et d’innovations. Ce que j’ai découvert m’a à la fois surpris et stimulé. En effet, j’y ai découvert des idées audacieuses qui révolutionnaient les industries, qui amélioraient notre planète et qui montraient la rapidité avec laquelle les innovations françaises partaient à la conquête du monde. Nous aborderons ce voyage sur la scène centrale la semaine prochaine, au cours d’une session intitulée « Digital France », mais pour commencer, je voulais vous donner un aperçu des personnes et des entreprises exceptionnelles dont nous parlerons.

Mon voyage a commencé en compagnie de Thierry Rouquet, PDG et cofondateur de Sentryo, une start-up spécialisée dans la cybersécurité industrielle. Thierry est un multi-entrepreneur. Il s’y connaît en transformations numériques et si vous voulez être le témoin d’un changement radical, cherchez du côté de l’industrie et de la fabrication. Les machines jugées « non intelligentes » par le passé qui pompaient du pétrole, faisaient fonctionner des courroies de transport, moulaient de l’acier, etc., sont devenues de véritables outils numériques. Elles sont désormais connectées aux réseaux locaux et au vaste Internet du monde industriel. Si ces connexions sous-entendent d’importants bénéfices, elles entraînent également de nouveaux risques sous la forme de cyberattaques. C’est une chose que de constater une atteinte à la sécurité des données chez votre revendeur préféré, ça en est une autre que de voir un pirate prendre les commandes d’une machine industrielle, et c’est justement ce que Thierry et son équipe chez Sentryo s’emploient à empêcher.

Sentryo capture

La deuxième escale de mon voyage m’a conduit auprès de Habiteo et de Jeanne Massa, sa PDG et cofondatrice. Jeanne se passionne pour la vente et le marketing et si vous regardez la façon dont Habiteo transforme les ventes de propriétés résidentielles, vous constatez que son approche est on ne peut plus claire. La plateforme 3D propriétaire de l’entreprise permet aux acheteurs potentiels de se déplacer virtuellement dans leur nouvel appartement avant même que les fondations se soient creusées. Et d’ailleurs pourquoi s’arrêter là ? Dans la mesure où une maison s’adapte à la personne qui y vit, cette plateforme permet à l’utilisateur de personnaliser entièrement son expérience. Il veut déplacer un mur ? Mettre de la couleur dans les chambres ? La meubler, puis s’offrir une visite virtuelle ? Tout est possible, de quoi accélérer grandement la vente de ces nouvelles résidences. Qui plus est, par son côté 100 % numérique, Habiteo touche un public international. Jeanne sera la première à vous le dire. Le fait d’être basé en France devient secondaire dans la mesure où le monde entier peut maintenant visiter ses propriétés virtuellement et investir.

Habiteo va encore plus loin avec myHabiteo : cette plateforme innovante conçue pour les acteurs de l’immobilier neuf permet de créer un lien entre les activité marketing et commerciales et de compiler les données pour permettre aux directions générales d’avoir la visibilité en temps réel sur leur activité et ainsi mieux piloter leur croissance.

Habiteo

J’ai continué mon tour de France en compagnie de Guillaume Parisot, président de Aveltys, une nouvelle génération de sociétés spécialisées dans l’immobilier commercial. Disons juste que Guillaume s’y connaît en bâtiments. Après de nombreuses années passées à innover pour le compte de Bouygues Immobilier, il a décidé de créer sa propre structure et de redéfinir l’espace professionnel. L’argumentaire est simple. Si vous recherchez un nouveau bureau, pourquoi vous embêter avec un loyer et des charges mensuelles imprévisibles, des factures de chauffage et d’électricité et des frais de maintenance alors que vous pouvez bénéficier d’un prix mensuel fixe et garanti pendant toute la durée du bail ? Les clients adorent, mais cela est rendu possible uniquement grâce à des technologies de « Smart Building » nouvelle génération qui optimisent la consommation énergétique du bâtiment, du bloc ou même de toute la ville !

Dernier arrêt de mon parcours du numérique et non des moindres, Christel Heydemann elle-même, présidente de Schneider Electric France. J’ai la chance de connaître Christel depuis un certain temps et outre ses nombreux centres d’intérêt, elle se passionne pour les changements que le numérique et l’Internet des Objets (IoT) apportent dans notre propre domaine d’activité. Partout où notre regard se pose, le monde de l’énergie, les bâtiments, les usines et l’informatique subissent une transformation numérique et la plateforme IoT EcoStruxure de Schneider Electric mène la marche. D’ailleurs, cette plateforme est investie d’une mission. En effet, à l’image de son équipe chez Schneider, Christel pense que l’accès à l’énergie est un droit fondamental et que seule une approche durable des transformations numériques permettra d’en faire une réalité pour les générations à venir.

Chacun de ces intervenants sera présent à l’occasion de la table ronde « Digital France » en séance plénière, le vendredi 6 avril à 14 h, à l’occasion de l’Innovation Summit Paris de la semaine prochaine. Cette session sera animée par Gilles Vermot Desroches. Arrivez tôt, elle risque de faire salle comble !

MAJ 04/04/2018 – Modification de programme : la table ronde sera animée par Luc Remont – Executive Vice-President International Operations Schneider Electric en lieu et place de Christel Heydemann.


Pas de réponses

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas publié)